Révolution du monde moderne : savoir différencier l’e-business et l’e-commerce

e-business
Crédit photo: PIxabay

Durant ces périodes où les technologies et le réseau internet sont devenus des indispensables pour l’homme, nombreuses inventions ont vu le jour. Encore très flou pour la plupart, l’e-business fait partie de ces innovations promettant un grand changement dans la génération future. D’une façon générale, on peut le considérer comme une mise à jour du commerce folklorique auquel le monde s’est habitué depuis toujours. Toutefois, il faut distinguer e-business et e-commerce même si les mots semblent avoir une signification identique. À la fin de cet article, vous trouverez les conditions nécessaires pour pouvoir entrer dans le monde du e-business.

Oublier le principe traditionnel, place à un système inédit

Si on était habitué de voir les actions commerciales dans les locaux, il est maintenant possible de les étendre sur le web. Grâce à Internet, les entreprises de production connaissent de plus en plus d’audience et arrivent à solliciter aisément son public. L’e-business désigne un ensemble de ces processus de vente en ligne, réinventant les techniques de relations avec les partenaires et les potentiels clients. Ces dernières œuvrent à ce que les données concernant la société atteignent les cibles plus efficacement. Plusieurs domaines misent sur les compétences du consultant e-business et de l’e-business manager pour développer leurs campagnes. Ce nouveau modèle est désormais l’outil idéal pour saisir les opportunités d’affaires exposées sur la toile. Mais concrètement, en quoi est-il si intéressant ?

L‘actualité de l’e-business mentionne souvent que ce dernier se concentre sur le système de gestion, et se rapporte généralement sur les pratiques exploitées sur les NTICs (Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication). Toutes les opérations se réalisent donc dans un espace numérique pour garder un lien stable et fidèle avec les parties prenantes. On cite en premier lieu la communication interne assurée par Intranet, mettant en relation employés et collègues. En même temps, Extranet se charge des flux d’informations existants entre le public cible et l’entreprise. Dans l’e-business en vente, la cybernétique est mise en œuvre pour obtenir un rendement supérieur.

Plusieurs avantages sont tirés des affaires électroniques. On peut citer entre autres :

  • Absence d’obstacle spatio-temporelle : l’e-business franchit les limitations géographiques (frontières, contraintes d’espace…) et se présente comme la solution des problèmes de gestion d’horaires.
  • Enrichissement de l’entreprise en talents : il est plus facile de dénicher des perles rares dans le vaste réseau internet, ce qui peut augmenter la performance de l’entreprise en ligne.
  • Frais de construction moins onéreux : s’il faut en moyenne 400 euros par mètre carré rien que pour bâtir un local, il suffit d’un ordinateur, d’un microphone et d’un forfait Internet pour constituer une équipe spécialisée en e-business.
  • Développement rapide des partenariats : le monde virtuel ne rime pas toujours avec concurrence. Il occasionne également l’union des entreprises à objectifs communs ou complémentaires.

Savoir faire la différence entre e-business et e-commerce

e-commerce
Crédit photo: PIxabay

Compte tenu de leur similarité apparente, nous avons encore tendance à mélanger e-business et e-commerce. Le premier terme signifie en effet un ensemble de processus lié à la mercatique et à la gestion d’entreprise comme la communication B2B et B2C, la stratégie de prévision contre une crise à venir, etc. Également appelé « commerce en ligne », il peut englober les politiques relatives à la vente, les différentes tactiques pour mener à une évolution positive et exponentielle des chiffres de vente. La confusion vient probablement de ce point concernant le commerce, alors que pour l’e-commerce, il n’est question que de la relation directe entre client et l’entreprise.

L’e-commerce consiste plus exactement à la commercialisation directe d’un produit aux consommateurs. Il peut mettre en œuvre les stratégies marketing afin de se rapprocher de son client. En principe, cela est représenté par la conception de sites vitrine, d’une page web propre à la vente, la construction de plateforme virtuelle pour faciliter le paiement… Il s’agit donc d’une forme de e-business orienté vers les relations clients.

De ces courtes définitions, on peut déduire que l’e-commerce est un concept impliquant obligatoirement le commerce en ligne, mais la réciproque en est fausse. Ceux qui ont tendance à les confondre doivent maintenant savoir ce à quoi ils se réfèrent quand ils utilisent l’un de ces mots.

S’informer sur les compétences nécessaires en e-business

Comme précisé précédemment, le commerce en ligne peut couvrir divers domaines. Pourtant, cela ne veut pas dire que toute personne voulant étendre son entreprise en ligne peut s’y lancer à l’aveugle. Avant de commencer l’aventure, il faut savoir préparer ses bagages pour être sûr d’arriver à destination. Tout d’abord, des prérequis sont nécessaires, que ce soit au niveau des compétences qu’au niveau des connaissances. Une fois ces derniers maîtrisés, il suffit de s’assurer que les conditions de démarrage soient bien respectées.

La moindre des choses serait d’avoir des compétences plus ou moins développées en informatique et en gestion d’entreprise puisque ces deux disciplines sont les bases de ce concept. L’e-business est en effet cloîtré dans le monde d’Internet, dont l’ordinateur s’avère être le seul point de contrôle. Il faut également se souvenir qu’il est question de construire une entreprise virtuelle. Le fondateur est alors tenu à employer tous les moyens nécessaires à la synchronisation des tâches et au bon fonctionnement du système. Mais il est préférable que le concepteur ait suivi une formation en commerce en ligne et un cursus en communication. Tout de même, si vous ne vous sentez pas être en mesure de maîtriser ces points, vous pouvez solliciter des spécialistes en e-business.

Toutefois, comme le concept de l’e-business reste très vague, le plus important consiste à avoir une spécialisation. Par exemple, si l’entreprise en question se focalise sur les bourses, il faut que les membres aient des connaissances en termes de finances. Cela est indiqué pour garder la cohérence entre les actions de chacun et le domaine d’exercice du commerce en ligne. Cette condition est également impliquée dans la communication de groupe afin d’éviter toute éventuelle fausse interprétation des messages. Ce cas peut avoir une très grande influence sur la productivité et la performance de l’entreprise.